19h45  : j’arrive chez ma Sister, pour la soirée électorale. Pour l’occasion, elle a convié son meilleur ami, Mr J & B. Avant, il y eut d’autres fiancés, Jacks Daniels, William Lawson, William Peel, et puis aussi ce vaurien de Johnnie Walker, mais finalement, c’est Mr J & B l’élu. Les sentiments, ça ne se commande pas.

19h50  : On parle de ce qu’on fait si Marine Le Pen est élue ; nous avons prévu un exil, en réunissant nos économies. Nous avons envisagé l’Australie, les îles grecques. Nous faisons le compte de nos avoirs respectifs. En vidant nos livrets A, nous devons avoir environ 1038 euros. Suffisant pour des billets pour Marseille, mais ensuite, il nous faudra rallier la Grèce à la nage. Dépitées, nous décidons de rester et d’organiser la résistance.

19h53  : Il y a du Jean Moulin en nous… Avec un soupçon de J & B, je vous l’accorde. Mais sans glaçon.

19h55  : La tension monte.

19h56  : Le niveau de Mr J & B descend.

19h58  : Je me ronge les ongles, Sister tripote Mr J & B.

19h59  : …….

20h00 : Nous poussons un cri de soulagement. Nous trinquons à la santé de notre nouveau président.

20h03 : Nous portons un toast à la défaite de Marine Le Pen.

20h06 : Nous portons un toast à la France.

20h07 : Nous portons un toast à François Fillon et aux Républicains, qui ont été exemplaires dans leurs reports de voix.

20h08 : Impartiales, nous portons également un toast aux socialistes, qui ont aussi fait preuve d’exemplarité.

20h09 : Sister s’énerve toute seule en parlant de Mélenchon qui n’a pas été suffisamment clair dans son positionnement. Mr J & B est obligé d’intervenir. Nous portons un toast à nos amis insoumis qui sont allés voter.

20h14 : Nous avons oublié Jean Lassalle. C’est un comble… Sister, qui a toujours eu un faible pour les hommes à grand nez, porte un double toast au berger pyrénéen.

20h16 : je vais faire pipi.

20h18 : Sister et Mr J & B commencent à être bien en forme. Nous regardons les débats. Il y a Dominique de Villepin. Sister, qui a toujours eu un faible pour les hommes aux tempes blanches déclare rêveuse : « lui, même maintenant, tout vieux, quand il veut je le suce ». Je suis un peu choquée, mais il est vrai qu’elle a toujours été centriste.

20h27 : Nathalie Kosusko Morizet est sur le plateau. Elle est magnifique, et elle a une jolie coiffure, avec de superbes boucles. Ça tombe bien, Sister vient d’investir dans un mystérieux appareil qui s’appelle « Curl Air Protect », qui promet des ondulations naturelles. Elle veut le tester sur moi. Je proteste que je ne veux pas que quelqu’un qui se porte volontaire pour faire une fellation à un ancien ministre de Chirac me touche les cheveux.

20h30 : Je fais remarquer que, d’un point de vue purement visuel, mettre David Rachline entre Kosusko Morizet et De Villepin, c’est pas très sympa.

20h31 : Je vais faire pipi.

20h39 : Alexis Corbière s’énerve sur le plateau. Il parle des minorités pour qui il faut se battre. Par une curieuse association d’idées, Sister propose de témoigner sa solidarité avec les DOM TOM en ouvrant une bouteille de Rhum. Je sens bien qu’elle va se battre. Je suis médusée, c’est la première fois qu’elle cède aux injonctions d’un insoumis.

20h42 : Alexis Corbière, éructant, prévient : « ça va mal finir ». Je suis assez d’accord, mais je me demande comment il sait, pour le mélange whisky / rhum. Ce type est un visionnaire.

21h00 : Julien Dray prend la parole. Sister dis : « je l’aime assez, lui, il est gros ». (Je n’arrive pas toujours à saisir la subtilité de ses analyses politiques)

21h06 : je vais faire pipi.

21h13 : C’est au tour de Cécile Duflot d’intervenir. Sister dit : « t’as vu, elle a maigri, elle, je suis sûre qu’elle a fait Weight Watchers ». Heureusement qu’elle est mal coiffée.

21h14 : Il y a de l’énervement dans l’air, à cause de l’agaçante Cécile Duflot, qui raconte n’importe quoi et s’est délesté de ses kilos en même temps que de ses principes, contrairement à Julien Dray qui est au moins resté fidèle à sa masse graisseuse. Mr J & B est une nouvelle fois mis à contribution.

21h36 : Dominique de Villepin est toujours là. Sister s’interroge sur ses chances de se marier avec lui un jour. Je suis contente de constater une saine évolution dans leur relation. J’encourage cette union avec enthousiasme. Avec Mr J & B, nous portons un toast nuptial par anticipation.

21h46 : Interview de Vanessa Schneider du Monde. Elle aussi a de jolies ondulations. Avec des reflets auburn. J’émets l’hypothèse que ces histoires de castes, de journalistes et d’élites, seraient avant tout capillaires. Si ça se trouve, le complot, la grande conspiration, tout ça, c’est un truc de Franck Provost et de Jean Louis David pour diriger le monde ?

21h50 : Perplexe devant l’étendue de cette découverte, Sister et Mr J & B sont en plein dialogue. Je vais faire pipi.

22h04 : Emmanuel Macron quitte son QG. La caméra s’attarde complaisamment sur un policier armé, joliment moulé dans son petit pantalon taupe.

22h06 : Le mariage est annulé, tout est fini avec De Villepin, le CRS au petit cul tient la corde. Résignée, je lève mon verre à mon futur beau-frère motard.

22h11 : Les caméras suivent les voitures officielles à travers Paris. Sister dit : « ils roulent trop vite là, non ? Tu vois pas qu’ils nous refassent le coup de Lady Di ? ». Même si la vision d’Emmanuel Macron en princesse anglaise me laisse un peu dubitative, je sens bien qu’elle s’angoisse. Avoir échappée à l’exil politique, eu une relation sexuelle buccale avec un ancien ministre grisonnant, trouvé l’amour dans la maréchaussée et devenir veuve dans la même soirée, ça fait beaucoup… Mr J & B est une nouvelle fois obligé d’intervenir en urgence.

22h18 : Emmanuel Macron est arrivé, il entreprend sa marche seul sur l’esplanade du Louvre. Sister dit : « tu vois pas qu’un sniper lui tire dessus comme pour Kennedy ? ». Elle m’énerve à s’inquiéter comme ça pour tout. Heureusement que Mr J & B est là pour l’apaiser.

22h20 : Il faudrait qu’il arrête de marcher, là, parce que je n’ai pas l’intention d’aller à l’épicerie du coin racheter une bouteille.

22h21 : Je vais faire pipi.

22h22 : Putain, il marche toujours. C’est long… Je suggère de diluer avec quelques glaçons, mais rien à faire, le souvenir de Kennedy assassiné dans sa voiture rode toujours. Elle concède juste un peu de Coca.

22h23 : Pour calmer son angoisse, nous imaginons comment égayer cette austère marche solitaire. Nous avons des suggestions audacieuses mais intéressantes. Un peu moins solennelle, un peu plus groovy, un peu moins « Mitterrandienne », un peu plus « MickaelJacksonnienne ». Nous nous demandons si Macron sait faire le Moonwalk…

22h24 : Le nouveau président, insensible à nos suggestions mentales, a terminé sa marche d’une manière désespérément conventionnelle. Qu’importe, nullement découragées et toujours désireuses d’apporter un sang neuf à la scénographie présidentielle, nous imaginons sa montée sur scène. En ce qui me concerne, je vois bien un truc un peu sauvage, genre torse nu en rugissant, à la manière de Joey Starr. Sister imagine plus une entrée débonnaire et joyeuse, sur du Francky Vincent. Elle est vexée quand je lui dis que sa mise en scène est juste influencée par sa nouvelle passion pour le rhum.

22h25 : Pleines d’espoirs, nous formons le vœu que Brigitte Macron descende sur scène à l’aide d’un filin, comme Johnny Halliday au stade de France.

22h26 : Nous sommes assez déçues du manque d’audace de la première dame.

22h27 : Nous retrouvons le sourire en constatant qu’elle a une jolie coiffure, avec un chignon gracieusement relevé et quelques ondulations discrètes. Brigitte a sûrement elle aussi un « Curl Air Protect » et Sister est toute émue de cette communion capillaire avec la première dame.

22h34 : Debout, nous entonnons « La Marseillaise ». Je sens bien que Sister est à deux doigts de monter sur la table basse mais je lui fais remarquer qu’elle n’est pas comme cette collabo hypocalorique de Cécile Duflot, et que la table n’y résisterait pas.

22h36 : Debout, nous entonnons « Une Petite Française » de Michelle Torr.

22h50 : Couché, Mr J & B n’a pas survécu.

23h00 : Nous esquissons quelques pas de danse, un inédit mélange de valse, de zouk et de danse contemporaine. André Rieu, Franky Vincent et Pina Bausch.

Nous sommes joyeuses, légères et soulagées. Nos parents viennent de cet autre côté de la Méditerranée, qui fait si peur à certains. Notre sang est mélangé, Maroc, Algérie, Pologne et France. Notre cœur est tellement français qu’il en a palpité d’émotion ce soir.

Bien entendu, nous aurons peut-être la gueule de bois, nous ne sommes pas naïves, mais vous n’êtes juste pas obligés de nous le rappeler. Pas tout de suite…

 

Chronique d’une soirée électorale par Nathalie Bianco

 

 

Profile Status
ACTIVE

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2018 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account