fbpx

 

 

Il y a un quart de siècle, Tim Berners-Lee, le « père » du World Wide Web, mettait en ligne le tout premier site Web. Vingt-cinq ans plus tard, on approche du milliard de sites et l’on recense plus de trois milliards d’internautes.

 

Tout a donc commencé au Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN), à quelques jours de Noël, il y a vingt-cinq ans. Le 20 décembre 1990, Tim Berners-Lee mettait en ligne le tout premier site Web créé à partir des standards HTML qu’il avait lui-même inventés, depuis un ordinateur NeXT du Cern. L’adresse http://info.cern.ch héberge aujourd’hui une archive de la page historique, que l’on peut même visiter avec un simulateur de navigateur en ligne de commande (car en effet, à l’époque, il n’existait pas encore de possibilités de clics sur les liens hypertextes, ni même d’images).

Ainsi, cette toute première page Web, dont l’adresse était très exactement info.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject.html, fournissait aux chercheurs des informations sur l’avancée du « Projet WorldWideWeb », qui deviendrait ensuite le Web tel qu’on le connaît aujourd’hui, ainsi que sur les protocoles techniques développés pour écrire du contenu au format HTML, utitiser l’hypertexte et donc créer des liens entre les pages, interroger des serveurs afin d’y récupérer des pages ou encore envoyer des informations.

La page fournissait également des liens pour se tenir au courant des avancées et permettait aussi de s’inscrire sur la mailing list de ce qui allait devenir plus tard le W3C (World Wide Web Consortium) visant à établir les standards de façon consensuelle avec la communauté des développeurs. Vingt-cinq ans plus tard, Tim Berners-Lee dirige toujours le W3C, qui compte désormais 407 membres, essentiellement industriels.

 

Instant-City-Premier-Site-Web-003

 

Dans un message du 6 août 1991 posté sur un newsgroup, Tim Berners-Lee présentait son projet de partage d’informations fondé sur les liens hypertextes. Une étape importante, qui a contribué à mener le système vers le public.

 

Il y a vingt-cinq ans jour pour jour, le Web sortait ainsi de l’enceinte fermée du CERN. Le 6 août 1991, Tim Berners-Lee, physicien de formation, présentait sur un newsgroup (alt.hypertext) le concept de son système, basé sur les liens hypertextes, en proposant à ses correspondants d’y contribuer. Sur un serveur FTP, le CERN mettait même à leur disposition un navigateur leur permettant de commencer à explorer les premières pages mises en ligne quelques mois plus tôt.

Petit rappel historique : le 12 mai 1989, Tim Berners-Lee présentait au CERN son projet de partage de l’information en ligne, jugé à l’époque « vague, mais prometteur » par ses collègues. Le 20 décembre 1990, il mettait donc en ligne le premier site Web sur Internet. Le 30 avril 1993, le CERN plaçait le World Wide Web dans le domaine public. En 1994, le Web s’ouvrait largement au grand public, avec déjà 10 millions d’utilisateurs et la toute première grande conférence qui lui était consacrée.

« Pour suivre un lien, le lecteur clique avec une souris (ou entre un nombre s’il ne possède pas de souris). Pour chercher et indexer, le lecteur indique des mots-clés (ou d’autres critères de recherche). Ce sont les seules opérations nécessaires pour accéder au monde entier des données » résume ainsi le père du World Wide Web dans son message du 6 août 1991. Les bases de cet « Esprit du Web » était posées, et Berners-Lee y affirmait déjà son intérêt pour l’interopérabilité et le multimédia.

AOL, à l’époque nommée Quantum Computer Services, lance pour sa part le premier fournisseur de services Internet avec « America Online », un programme destiné au transfert de données et courriers électroniques.

En 2014, Tim Berners-Lee appelait à la création d’une « Charte de l’Internet ». Il exhortait les utilisateurs à reprendre en main le Web, pour garantir les libertés que devrait offrir son invention. Vingt-cinq ans après sa présentation hors des frontières du CERN, le Web est encore le moyen privilégié de trouver de l’information sur Internet, malgré la montée en puissance des applications dans nos habitudes d’utilisation de cet outil révolutionnaire.

 

Instant-City-Première-Page-Web-001

 

 

 

Editeur du Mag Instant City, Chasseur de Trésors

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2019 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account