fbpx

 

 

Une idée de spectacle ? Novecento, avec André Dussollier et quatre musiciens talentueux. Tiré du texte d’Alessandro Baricco, publié en 1994.

 

D’abord l’histoire : un bébé est abandonné sur un transatlantique, de ceux qui à cette époque déversent des flots d’immigrants venus de partout faire fortune en Amérique. Comme il est dit dans le spectacle, le premier qui voit l’Amérique, il a ça dans les yeux depuis tout petit, et il sera le premier à crier, en voyant la Statue de la Liberté : «  America ! ». Revenons à notre bébé, baptisé du nom de l’année en cours, Novecento. Découvert par un mécanicien sur le piano de la salle de bal des premières classes, il va grandir caché dans les cales, élevé par le personnel du bord, sans descendre à terre puisqu’il n’a jamais été déclaré et donc n’a pas de papiers. Puis, vers huit ans, un soir de traversée, il s’assoit derrière le clavier d’un piano, et une assistance médusée découvre un génie de la musique, passant du ragtime au blues ou au jazz, au gré de son humeur, ou de ce que les personnes, le temps ou la mer, lui inspire.

Cette histoire, c’est un ancien trompettiste de l’orchestre de bord, joué par André Dussollier, qui nous la raconte. Au moment où le Virginian va être démantelé, il nous raconte les cinq ans qu’il y a passé à bord au côté de Novecento, qui n’a jamais finalement mis un pied à terre de toute sa vie. Des salles de bal où il joue pour la clientèle huppée de la première classe à la salle commune de la troisième classe où il termine la nuit au son des tarentelles, on découvre un pianiste émouvant, innocent dans le bon sens du terme, comme s’il avait été préservé des perversités de la terre ferme.

André Dussollier nous raconte donc cette histoire, parfois sur un rythme effréné, tout en faisant des pas de danse ou de claquettes, dans une forme olympique ! Un spectacle vivant, à la musique parfaite, à ne pas manquer. Pour ceux qui ne pourraient pas voir le spectacle, un film est sorti en 1998, avec Tim Roth dans le rôle de 1900, « La légende du pianiste sur l’océan », sur une bande son d’Ennio Morricone, non moins talentueuse.

La tournée en province se termine, le spectacle reprendra à Paris en fin d’année.

 

 

Instant-City-Novecento-006

 

 

 

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2019 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account