fbpx

 

Deux-cents mille, c’est le nombre de victimes depuis le début du conflit syrien en mars 2011. Le photographe Laurent Van Der Stockt investit la Cathédrale de Bayeux, à l’invitation du Prix Bayeux – Calvados des correspondants de guerre, afin de témoigner de ce conflit meurtrier qui met à feu et à sang le Proche-Orient, avec des implications dramatiques dans toute la région.

Le photographe cherchait un lieu pour exposer ces témoignages précieux rapportés de Syrie, et c’est finalement ce cadre prestigieux de la Cathédrale de Bayeux qu’il choisit pour y agrandir, découper et redimensionner ses clichés, afin de les incruster dans la structure même de l’édifice, et faire corps avec les voutes, les piliers, les structures.

« J’ai pensé à la cathédrale. J’ai été étonné du bon accueil fait à cette idée par le curé, l’évêque. Les monuments historiques ont été un peu plus tatillons. On m’a dit tout ce que je ne pouvais pas faire. Je ne voulais pas de panneaux, moches… J’ai beaucoup cherché, réfléchi. Finalement, je me suis immiscé dans ce qu’ils ne m’avaient pas dit que je ne pouvais pas faire ! », témoigne-t-il, non sans un certain humour.

Par cette exposition, Laurent Van Der Stockt met des visages et de l’humanité sur ce chiffre irrationnel, comptabilité macabre d’un conflit aujourd’hui presque oublié, face à l’accélération de l’actualité internationale.

Le résultant interpelle, et on se surprend à chercher, dans ce cadre solennel et divin, au milieu des vitraux ou des statues, les visages de ces 200 000 Syriens…

Exposition prolongée jusqu’au 02 novembre 2014.

 

 

Liens externes

 Laurent Van Der Stockt

 Prix Bayeux – Calvados

 

 

 

Profile Status
ACTIVE

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2019 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account