fbpx

 

En cette fin d’été, profitez des derniers rayons de soleil pour aller flâner dans le XVe arrondissement de Paris. Le Parc Georges Brassens vous ouvre ses portes. Plus qu’un simple parc, c’est une promenade en pleine nature que vous propose ce site avec un relief vallonné, une rivière, un lac et d’immenses pelouses où vous allonger avec un bon livre, bercé par le chant des serins. Ca tombe bien, non loin de là, sous les halles jouxtant le parc, se trouve le Marché du Livre ancien et d’occasion. Vous pourrez déambuler  avec les nombreux Français ou étrangers, amateurs ou professionnels, qui viennent arpenter les allées des quelques 60 libraires, à la recherche de la perle rare ou tout simplement d’un roman de quelques sous à lire sous un arbre près de la rivière, avec les odeurs du jasmin et du chèvrefeuille. En arrivant, vous pouvez visiter le parc situé sur ce qui fut au 18ème siècle le vignoble Périchot puis des jardins maraîchers au 19ème siècle et les abattoirs de Vaugirard au 20ème siècle, dont on voit encore le beffroi, qui servait de point central au marché à la criée et la halle aux chevaux, le lieu de vente des chevaux destinés à l’abattoir.

En plus de cette promenade à travers l’histoire de la ville de Paris, prenez le temps pour un peu d’art en plein air : les deux sculptures de taureaux de part et d’autre de l’entrée monumentale sont signées Isidore-Jules Bonheur. Ces taureaux ornaient à l’origine les jardins du Trocadéro. Il y a également un buste du docteur Emile Decroix (vétérinaire propagateur de l’Hippophagie, la consommation alimentaire de viande de cheval), un « porteur de viande » d’Albert Bouquillon, une tête de cheval, « L’Ane » de François-Xavier Lalanne et un buste de Georges Brassens par André Greck, un sculpteur français qui a fait ses études à l’Ecole des Beaux-Arts d’Alger, plusieurs fois Grand Prix de Rome puis pensionnaire à la Villa Médicis avant de terminer sa carrière comme professeur de dessin à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Pour l’anecdote, Georges Brassens lui-même commanda au sculpteur un buste de Jacques Brel en 1981.

Le poète et chanteur vivait à proximité du Parc qui porte aujourd’hui son nom et dont toutes les allées portent le titre d’une chanson, au 42 de la rue Santos-Dumont. Vous pourrez longer cette rue en partant, un petit havre de paix avec de jolies maisons aux allures de cottages anglais, et vous asseoir au bar-restaurant « Chez Walzcak » autrement appelé « Aux Sportifs Réunis ». Ce lieu unique, au cachet des années 50, était fréquenté par Georges Brassens. Vous pourrez aussi visiter la Villa Santos-Dumont, conçue dans les années 20 par l’architecte Raphaël Paynot (en hommage à l’aviateur brésilien qui fit sensation par ses prouesses au Parc des Bagatelles). A l’époque, il n’y avait à cet endroit que champs de blé et vignes. Peu à peu, les propriétaires ont vendu les parcelles à des promoteurs. L’architecte en achète pour y construire un lotissement de 25 villas vendues à des artistes comme Fernand Léger au n°4, les sculpteurs Ossip Zadkine au n°3, Grandet au n°6 et Emmanuel Guerin au n°13, Malvina Hoffman, élève de Rodin au n°25, son atelier au n°10, Mme Zack, galeriste, au n° 8… La maison du n°15, recouverte de mosaïques, était celle du mosaïste italien Gatti.

De retour à la maison, dégustez le bon miel ramené des ruches du parc et ouvrez une bouteille de « Clos des Morillons », le pinot noir issu des vignes du parc situées en haut de la colline et qui sont encore exploitées. La vigne comporte 700 pieds, ce qui en fait la seconde plus importante de Paris après celle de Montmartre. Les vendanges ont lieu à la mi-septembre (200 kg de raisin) et les bouteilles sont vendues aux enchères à la mairie du 15ème (320 bouteilles par an), un autre moment pittoresque à passer en plus d’un acte généreux, les bénéfices de la vente étant reversés à une œuvre sociale de l’arrondissement. Et pour finir cette journée ensoleillée et bucolique en plein Paris, rien de tel qu’une petite soirée au théâtre Silvia Montfort (du nom d’une actrice, « Les Misérables » en 1958 avec Jean Gabin) qui jouxte lui aussi le Parc. Pour un spectacle de cirque « Celui qui tombe » en septembre, ou la projection d’un film « Célébration » en hommage au créateur Yves Saint-Laurent aussi en septembre 2015.

 

Marché du Livre

104 rue Brancion

Métro Porte de Vanves

de 9h à 18h

 

Parc Georges Brassens

Ouvert tous les jours de 8h30 à 21h30

42 rue des Morillons

Métro Convention

 

 

Pour aller plus loin

 Vidéos « Sur les pas de Georges Brassens »

 Programmation du théâtre Silvia Montfort

 

 

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2019 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account