Straight Outta Compdon : Biopic du groupe de gangsta-rap californien N.W.A.

Le film porte le nom du premier album studio du groupe américain de rap N.W.A., sorti en 1988, et qui figure au Panthéon des disques les plus cultes pour les amateurs de rap. A sa sortie, l’album fait le buzz avec le titre « Fuck Tha Police » dans lequel le groupe dénonce le racisme et la violence des forces de police de la ville de Los Angeles. Le titre met en scène un tribunal avec des plaignants qui dénoncent les mauvais traitements et le délit de faciès perpétrés par les policiers. Rien de bien méchant, dirait-on aujourd’hui dans les paroles assez sages finalement, refrain hormis. Sorti il y a plus de vingt ans, ce morceau est toujours incroyablement d’actualité. On retrouve exactement la même polémique dix ans plus tard, à la sortie du film français « La Haine » de Mathieu Kassovitz autour du titre de Minister Amer « Sacrifice de poulets » en 1995 qui raconte une soirée d’émeutes en banlieue parisienne. A l’époque, le Ministre de l’intérieur demande un procès à l’issue duquel le groupe sera contraint de se séparer. Dans le même temps, aux Etats-Unis, le disque de N.W.A. se vend à plus de 3 millions d’exemplaires et devient double disque de platine. Il se classe 9ème au Top des albums de R’n’B et de hip-hop et figure sur la liste des 1001 albums qu’il faut avoir écoutés au moins une fois dans sa vie. « Fuck Tha Police » est désormais à la 425ème place des 500 meilleures chansons de tous les temps selon le magazine Rolling Stones. Interdit d’antenne et parfois même de concert en raison des paroles jugées violentes, le groupe n’en compte pas moins dix millions d’albums vendus rien qu’aux Etats-Unis. La légende est née.

N.W.A. est un groupe de rap « West Coast » qui a popularisé le style « Gangsta Rap » entre 1982 et 2002. Les initiales sont un acronyme pour Niggaz With Attitude. Il s’agit de copains qui ont grandi ensemble à Compton, un quartier de la banlieue de Los Angeles, connu pour ses gangs et ses activités criminelles. Eric Lynn Wright (Easy-E) monte le groupe en 1986. Son père était facteur et sa mère directrice d’école. Il subvient à ses besoins en dealant. Comme l’explique Jerry Heller, le manager de N.W.A. : « Le quartier dans lequel il a grandi était dangereux. Il n’était pas très costaud. Voyou, c’était un rôle qu’on connaissait ; ça donnait un certain niveau de protection dans le sens où les gens hésitaient à vous chercher des emmerdes. Mais dealer, c’était un rôle qui donnait un certain privilège ainsi que du respect ». (« Ruthless : A memoir » 2007). En 1986, Eric a 22 ans et il a engrangé 200.000 dollars de la vente de drogue.

A cette époque, Andre Romelle Young (Dr Dre), 21 ans, est DJ. Il travaille dans un club, « The Eve After Dark », où il peut observer les rappeurs qui se produisent sur scène. Son père, Theodore Young, joue dans un groupe de R’n’B amateur qui s’appelle « The Romells », d’où son second prénom. Andre se lance dans la production de ses propres morceaux et mixe sur une radio locale dans l’émission « The Traffic Jam » avec un copain, Antoine Carraby (DJ Yella), lui aussi DJ au club. Il organise parfois des soirées événements dans lesquelles il invite des guests comme un certain Ice Cube. O’Sea Jackson aka Ice Cube, classé 8ème sur la liste des meilleurs Mc de tous les temps établie par MTV, classé dans les 50 meilleurs conteurs de hip-hop et 11ème meilleur rappeur de tous les temps, est présenté comme le parolier du groupe. Il se produit lors de soirées organisées par Dr Dre, qui s’intéresse rapidement à son potentiel lyrique. Il commence à écrire des paroles et des chansons à l’âge de 16 ans, notamment le fameux « Boyz n’ Tha Hood ». En 1984 il forme le groupe C.I.A.

Jerry Heller, quant à lui, fut pendant dix ans, de 1965 à 1975, le manager de véritables stars comme Marvin Gaye, Elton John, Pink Floyd, Van Morrison ou Otis Redding. Après une traversée du désert, il reprend une usine de fabrication de disques à Los-Angeles, Macola Records. C’est alors qu’il rencontre Easy-E. Ensemble, ils vont fonder en 1987 le Label « Ruthless Records » pour faire la promotion d’artistes locaux (Dr Dre, DJ Yella, Ice Cube) et produire les disques de N.W.A. Leur premier succès est « Boyz n’ Tha Hood » et sa mélodie d’introduction si reconnaissable :

 

 

 

Dans le film, le réalisateur décrit Dr Dre comme le moteur et le ciment du groupe. C’est lui qui propose à Easy-E de se ranger après la mort de son cousin et d’utiliser ses économies pour se lancer dans la production. C’est lui aussi qui produit les morceaux. C’est lui qui promeut Ice Cube en tant que parolier. C’est lui enfin qui propose à Easy-E de chanter sur leur musique, faute de chanteur dans le groupe. Dr Dre, DJ Yella, Ice Cube, Easy-E chez Ruhtless Records, N.W.A. est né. Et le Gangsta-Rap est né. Un sous-genre plus agressif du hip-hop, basé sur le crime et la délinquance, dont les thèmes privilégiés sont les problèmes ethniques et la délinquance, avec des paroles inspirées de la dure réalité de la rue.

En 1989, Ice Cube quitte le groupe pour des raisons de divergences financières. Il fera une magnifique carrière solo dans le rap puis au cinéma. En 1991, Dr Dre quitte le groupe après une dispute avec Suge Knight, le garde-du-corps de Easy-E. Il produira une multitude d’artistes comme Snoop-Dog, Eminem, 2Pac ou les Pussicats Dolls. En 1995, Easy-E décède du sida après s’être réconcilié avec les deux autres rappeurs.

Réalisé par F. Gary Gray en 2015, « Straight Outta Compdon » est le biopic sur le groupe de rap américain N.W.A. Ce sont Ice Cube et Dr Dre qui ont souhaité en 2014 produire un film autobiographique. D’abord proposé à John Singleton qui avait déjà réalisé un film sur Ice Cube en 1991, puis à Peter Berg (« Very Bad Things » en 1998, « Le Royaume » en 2007, « Du Sang et des Larmes » en 2013), c’est finalement Gray qui reprend le projet. Gray a lui aussi grandi à Compton. Il a d’abord réalisé des clips musicaux pour des artistes de hip-hop et de R’n’B, dont Ice Cube en 1993 pour le clip de « It Was a Good Day », ou encore Dr Dre, Queen Latifah et Jay-Z. Réalisateur de « Braquage à l’Italienne» avec Charlize Theron, Donald Sutherland et Edward Norton, il signe-là son 9ème film, juste avant le 7ème volet de « Fast and Furious ». C’est le fils de Ice Cube qui joue le rôle de son père. Il s’est entraîné pendant deux ans afin de lui rendre hommage. Le tournage a eu lieu à Compton même, là où les personnages ont grandi. La date de sortie du film correspond à la date de l’anniversaire des 20 ans de la mort de Easy-E. Le fils de Easy-E a lui aussi voulu interpréter le rôle de son père, mais il n’a pas été choisi au casting sur l’avis de Ice Cube. Le tournage est mouvementé : le 29 janvier 2015, Suge Knight, l’un des instigateurs du projet, ancien garde-du-corps de Easy-E, renverse avec sa voiture Terry Carter le producteur et l’acteur Cle Soan, tuant le premier, et des gangs ont tiré sur les membres de l’équipe lors d’une fusillade.

De 1992 à 2015, en 20 ans, le problème des gangs, des banlieues comme Compdon et des violences policières est toujours le même, depuis les émeutes de Los Angeles en 1992 à celles de Baltimore en 2015.

 

Always’s into something :

 

VOSTF :

 

 

Pour aller plus loin

 Bibliographie : « Ruthless : a memoir » par Jerry Heller et Gil Reavill

 Filmographie : « Boyz N Tha Hood » réalisé par John Singleton (1991)

 

 

 

 

Profile Status
ACTIVE

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2018 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account