fbpx

 

 

Voici la première des deux interviews que je réalise pour Instant City, suite à la rencontre de plusieurs artistes lors de mon expo photo durant le festival de Cannes au mois de mai dernier.

Il faisait très chaud, la ville de Cannes était pleine à craquer, j’exposais à l’hôtel Majestic juste en face du Palais des Festivals, et j’imagine que les visiteurs cherchaient un bol d’air bien frais, en franchissant les portes de la salle d’expo. Ça discutait et ça posait des questions pas très intéressantes sur le sens de mes images, blah blah blah… Mais parmi tout ces curieux, j’ai aperçu Guillaume (Caramelle). Et j’ai surtout écouté Guillaume. Ce qu’il m’a demandé m’a touché et par la même, je lui ai demandé ce qu’il faisait de sa vie. Il était réalisateur. Waouh, exactement ce que je veux faire lorsque je serai grand.

De retour à la maison, je me précipite pour regarder son premier court métrage en visionnage privé sur Viméo, et j’ai été très agréablement surpris.

Je veux maintenant vous le faire rencontrer.

L’interview :

iCity  : Guillaume Caramelle, qui es tu ?

Guillaume : Je suis scénariste, réalisateur et producteur. Il y a deux ans, j’ai créé une boîte de films institutionnels, Polygone Vidéo, sous l’égide de laquelle j’ai produit mon premier court-métrage, Au Souvenir d’une lune, une fiction que j’ai écrite et mise en scène. On y suit l’errance nocturne d’un jeune parisien au carrefour de sa vie qui s’est malencontreusement enfermé dehors. A défaut de trouver son colocataire, le seul à détenir un double de ses clefs, il va se trouver lui-même. Le film a été bien accueilli par le public parisien et berlinois lors des projections publiques que nous avons organisées au cinéma le Bastille et le Kino Babylon. Baptiste Caillaud, le comédien principal du film a remporté le prix du meilleur acteur au Los Angeles New Wave Int’l Film Festival. Le film poursuit sa route en festival même si beaucoup d’accès lui soient fermés en raison de sa durée (46 minutes, ndlr).

 

Au Souvenir d'une Lune

 

iCity : Quels sont tes projets actuels ? Et tes futurs projets ?

Guillaume : Je développe aujourd’hui la branche fiction de la société avec la création d’une nouvelle enseigne que j’ai logiquement baptisée Polygone Cinéma. Plusieurs projets de films sont dans les canaux. Chacun à un stade d’avancement différent. L’Innocence des grands, un court-métrage dramatique réalisé par Enguerran Son et Antoine Cathala, est actuellement en post- production. Il raconte la vie d’un comédien raté aux prises avec ses rêves, sa femme et sa petite fille. Le film devrait être terminé à la mi-juillet. Deux films sont en recherche de financements. Un long métrage intitulé La Fierté des sentiments, coproduit par Kafard Films, qui relate une histoire d’amour bouleversée par les révélations du passé de la jeune femme sur Internet.

Ensuite, il y a Coming In & Out, une comédie sur les caprices du désirs masculins que j’ai écrite récemment et pour laquelle je recherche un coproducteur. Avis aux intéressés 😉 Je crois beaucoup en la relation auteur-producteur, très fructueuse sur le plan artistique. C’est pourquoi je ne développe pas ces projets qu’avec Polygone Cinéma. D’autant que la boîte est toute jeune et n’a pas encore les épaules assez larges pour assumer des chantiers de trop grande envergure. ça viendra, mais chaque chose en son temps ! Et pour terminer, j’ai un livre en écriture, La Vie bête, qui narre la dérive de deux jeunes hédonistes excessifs et insatiables, sortes de Diogènes contemporains aux accents de dandys qui cherchent à sublimer leur vie à travers des expériences extrêmes.

 

La Fierté des Sentiments

 

 

iCity : Quelles sont tes influences artistiques, filmographies ? Quelles sont tes aspirations et inspirations ?

Guillaume : Je suis très influencé par le travail de Woody Allen, de Gaspar Noé, de Wong Kar Waï et de Martin Scorsese. J’aime les dialogues soutenus, les atmosphères fortes, les parti pris formels, et les envolées baroques ! J’aime aussi donner au Verbe une place centrale dans mes scénarii. J’adore les personnages qui s’introspectent et extériorisent leurs émois par le langage oral, qui n’ont pas peur de se regarder penser et de parler d’eux. Je suis amoureux de philosophie – moins comme quête de sagesse que comme recherche de sens et de rhétorique. J’ai été très marqué par les écrits de Cioran, de Graciàn, de La Rochefoucauld, de Schopenhauer, de Wilde. Je rêve de personnages pleins de cette éloquence et de ce goût pour le paradoxe qui donneraient à leur pensées une voix expressive, vibrante et puissante.

iCity : Montre-nous ce que tu fais !

Guillaume :  Bande annonce du film Au Souvenir d’une lune :

 

 

 

 

Site officiel du film

Facebook Polygone Cinéma

Site Internet Polygone Cinéma

Site Internet Polygone Vidéo

 

iCity : As-tu des événements à venir dont tu souhaiterais nous parler ?

Guillaume : En septembre se tiendra la projection du film L’Innocence des grands. Je ne sais pas encore dans quelle salle aura lieu la présentation de cette seconde production Polygone Cinéma mais vous pouvez vous tenir informés en rejoignant la page officiel de la boîte !

(Facebook Polygone Cinéma).

Merci à Instant City pour cette interview.

iCity : Merci Guillaume

 

 

Co-fondateur, Webmaster, Directeur artistique et Rédacteur d'Instant City

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

Contactez Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2019 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account