Les fontaines Wallace, ces fontaines vertes qui permettent de se désaltérer et que l’on croise régulièrement en se baladant dans les rues de Paris, sont non seulement belles et pratiques, mais également empreintes d’une histoire remarquable. Chronique d’une invention née sous le signe de l’art au service du peuple…

 

Nous sommes à la fin de l’année 1871. Paris, assiégée par les forces prussiennes, vient de vivre son plus rude hiver, suivi de sa période insurrectionnelle la plus violente, la Commune. Pendant plusieurs mois, les Parisiens ont été privés des besoins les plus rudimentaires. Ils ont eu froid, le thermomètre descendait autour de – 20°, ils ont eu faim au point de manger les animaux des zoos, mais aussi soif car de nombreux aqueducs ont été détruits.

Les indigents sont toujours les premiers touchés par ces manques. Face à ce terrible constat, un riche collectionneur anglais, Richard Wallace, installé dans la capitale depuis plusieurs années, se demande ce qu’il pourrait faire afin d’aider les plus démunis. Il a l’idée magnifique d’offrir à la Ville de Paris des fontaines qui permettront à tous les passants, les plus fortunés comme les plus pauvres, de se désaltérer.

Richard Wallace fait donc appel au sculpteur Charles-Auguste Lebourg, dont il connait les talents pour avoir recouru à ses services à plusieurs reprises. Fondues en Haute-Marne, les fontaines en fonte de fer sont réalisées en quatre modèles.

✓ Le grand modèle, composé de quatre caryatides se tournant le dos et supportant un dôme surmonté de dauphins, mesure près de 2,71 mètres.

✓ Le modèle à colonnes, plus petit de quelques centimètres, est plus simple dans son ornementation et donc moins cher à la fabrication.

 

 

✓ Le modèle en applique s’accole à un mur. Il ne reste qu’une fontaine de ce type dans Paris, rue de Geoffroy Saint-Hilaire.

✓ Les petits modèles à bouton-poussoir sont souvent installés dans les parcs et jardins publics pour abreuver les promeneurs au gré de leurs balades.

 

 

Eugène Belgrand, le père du réseau d’égouts et de la poste pneumatique parisienne, est chargé de définir les emplacements de ces fontaines. Il choisit, en commun accord avec le philanthrope anglais, des lieux stratégiques qui permettent un accès au plus grand nombre. La première de ces fontaines est installée en août 1872 sur le boulevard de la Villette. Plusieurs dizaines d’autres seront installées dans tous les arrondissements de la capitale dans les années qui suivent.

Plus d’une centaines de fontaines Wallace sont encore réparties dans la capitale et fonctionnent comme au premier jour en fournissant de l’eau potable de la même qualité que celles des appartements, et ce du 15 mars au 15 novembre.

Bon à savoir pour la prochaine grande soif de cet été !

 

 

 

 

Profile Status
ACTIVE

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

CONTACTER Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2018 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account