« Indian Palace » (2012) est un de ces petits films qu’on aime bien regarder pour se détendre et passer un bon moment. Il s’adresse plutôt à un public post-quarantaine, plus sensible sans doute aux préoccupations et aux émotions de leurs congénères en âge de partir à la retraite. Ou devrais-je dire, de quitter la société, et de faire le deuil d’un quelconque rôle à y jouer : quand on n’a plus de mari, plus de sex-appeal, plus d’économies, plus la santé ou plus de boulot, que faire de soi ?

Sonny Kapoor (Dev Patel, « Slumdog Millionaire ») a l’idée très drôle de « délocaliser » tous ces vieux dont l’Occident ne veut plus, pour leur offrir un Palais où mourir en paix. John Madden (Oscar en 1998 du meilleur film pour « Shakespeare in Love ») en fait le sujet de son film. Son talent réside à la fois en des dialogues extrêmement affinés qui font mouche à chaque fois, et il a l’intelligence de s’entourer d’acteurs (britanniques bien sûr) au talent reconnu : Judi Dench (Philomena), Bill Nighy (Good Morning England), Maggie Smith (Harry Potter) , Celia Imrie (Bridget Jones) et Tom Wilkinson (The Full Monty). Ceux-là ne se découvrent pas : ils ont déjà tous plus ou moins joué ensemble à diverses reprises, et on sent leur complicité, entre eux et avec le réalisateur. Ce qui nous rappelle le « Calendar Girls » du réalisateur Nigel Cole (2003) : même tribu d’acteurs, même thème (la retraite), même humour.

Un autre atout évident du film, c’est l’Inde, personnage à part entière. Celle-là même qui ne laisse personne indifférent (et surtout pas le personnage de Penelope Wilton !) : tous les ingrédients sont réunis pour assurer le spectacle du choc culturel qui nous vaut cette réplique savoureuse : « Ce que je n’arrive pas à prononcer, j’évite de le manger en général. ». Les vieux sont grincheux, exigeants et râleurs, c’est bien connu. On assiste alors à une transformation des personnages sous l’effet de ce nouvel environnement, à l’issue de laquelle chacun trouvera sa nouvelle place.

En plus d’être une comédie sympathique et intelligente, « Indian Palace » fait partie de ces films qui méritent d’être ajoutés à la « Cinéma Playlist », de ces films « qui font du bien ». Il est plein de joie, d’espoir, de foi en la vie et d’ondes positives. Ce sont ces films-là qu’on a plaisir à voir et revoir, quand on a un petit coup de blues : « A la fin de l’histoire, ça finit toujours par s’arranger. Si ça ne s’est pas arrangé, c’est que l’histoire n’est pas terminée ! ». Et on a vraiment hâte de repartir séjourner au Marigold Hotel pour un « Indian Palace 2 », dont la sortie en France est prévue le 1er avril 2015. Avec un petit bonus : Richard Gere au casting…

 

 

 

 

Indian Palace 003

 

 

Pour aller plus loin

 Ciné Cinéma Facebook

 

 

Profile Status
ACTIVE

Commenter ici, en utilisant Facebook ou en laissant un commentaire en bas de page

commentaires

CONTACTER Nous

On revient vers vous très vite.

Envoi

©2017 Instant City

Les Catégories du Mag :
ou

Identifiez-vous

ou    

Forgot your details?

ou

Create Account